jeudi 3 décembre 2009

Le parler "beur" expressions courantes

Voici d es traductions directes de l’arabe, sans soucis du sens réel du terme employé en Français :
- « il ne m’a pas calculé » , pour dire, « il ne m’a pas pris en considération, il n’a pas fait attention à moi ». Cette expression vient de l’arabe :
ما دارنيش في الحساب ، ما حسبنيش
le verbe حسب ، يحسب = compter, calculer
Ce qui rejoint d’ailleurs l’expression purement française « tenir compte de… ». Sans passer par la traduction, de nombreux verbes arabes sont utilisés directement, mais pour éviter les difficultés morpho-syntaxiques, ils le sont à l’état « figé » c’est à dire sans égards ni pour les règles de conjugaison du Français , ni pour celles de l’Arabe :
- hagar =
حقر - يحقر . Etymologiquement, en arabe littéral ce verbe signifie : mépriser ; en arabe algérien il a pris pour sens : commettre une injustice - dans le sens d'abus de pouvoir, de force - , mais aussi faire violence à quelqu’un . Ainsi, on entend chez les jeunes : « tu t'es fait hagar « = tu t'es fais taper. Mais aussi : « tu t'es fais hagar ton portable « ! ! !
- Khaf : خاف - يخاف (kh = prononcer à l’espagnol , jota, juan). En arabe = avoir peur. On entend ; il a khaf = il a eu peur. Sans commentaire. Inversement, des verbes français sont arabisés, mais curieusement utilisés aussi à l’état figé : afficher, s’afficher, faire l’affiche = ficha. ( Ainsi utilisé, il correspond en arabe à l’accompli, 3 ème personne du masculin singulier = équivalent de l’infinitif français).
- Ho la la ! il s’est ficha devant les filles !
= il s’est planté , il s’est ridiculisé.

Au delà de ces distorsions syntaxiques, il y a évidemment beaucoup de substantifs arabes incrustrés avec une prononciation française qui les rend parfois méconnaissables :

- lahas : en arabe, léche-cul, flagorneur . En parler banlieue, il a changé de sens :
- c’est la has
= c’est la galère !
Appliqué à un individu :
- il est dans la has
= il est en taule…

- la halla :
en arabe littéral, la situation, l’état des choses . En arabe algérien , ambiance, quelque chose d’événementiel, qui ne passe pas inaperçu. On entend :
- faire la halla = faire la fête, mais aussi faire du grabuge !

Beaucoup de termes, FEMININS en arabe, deviennent curieusement MASCULIN en passant au Français :
- LE dawa : synonyme de hâla (la halla) en arabe algérien a pris le sens de pagaille, bordel :
- foutre le dawa
!
- LE terma
: le cul .
- Elle a UN gros terma.

(Sans doute parce que les termes cul et bordel sont au masculin en Français).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire